NICE ; National Institute for health and Care Excellence ; CEDH ; Cour Européenne des Droits de l’Homme ; choix du lieu de naissance ; radiations ; CNOSF ; AAD ; accouchement à domicile ; naissance

Recommandations du NICE britannique vs arrêt de la Cour Européenne des Droits de l’Homme : le grand écart !

Publié le Mis à jour le

Nous venons de vivre une semaine ayant soufflé le chaud et le froid sur la planète européenne de l’AAD.

Mercredi 03, le National Institute for health and Care Excellence (NICE), organisme de surveillance et de recommandation du National Health Service (système de soins britannique), a publié son dernier rapport sur les différents choix des lieux de naissance. En allant contre ses propres précédentes conclusions, il révolutionne l’idée de la sécurité en matière d’accouchement en renvoyant face à face les résultats des services d’obstétrique et ceux des naissances sous supervision exclusive des sages-femmes (en pôle physiologie accolé à une maternité, en maison de naissance détachée et à domicile) dans le cas des grossesses à bas risques.
Ces résultats, et les études sur lesquelles ils s’appuient (dont une réalisée par une équipe de l’Université d’Oxford), plaident en faveur des naissances surveillées par les sages-femmes, y compris à domicile. Le choix d’accoucher en pôle physiologie, maison de naissance ou à domicile est toujours en faveur de la femme, entre autres car amenant moins de complications et de gestes médicaux. Le NICE émet cependant un avis plus modéré quant au choix du domicile pour un premier accouchement, les risques de complications graves pour les bébés étant évalués comme légèrement plus élevés dans ce cadre-là (9 cas de complication pour 1000, contre 5 pour 1000 à l’hôpital). Ils sont similaires en pôle physiologie/maison de naissance et en maternité ; dans le cas de femmes donnant naissance une nouvelle fois, l’accouchement à domicile est réputé aussi sécurisé que les autres options. Lire la suite »

Publicités