L’AAD : ILS EN PARLENT

« Droit de choisir »

Publié le Mis à jour le

Voici un témoignage que nous avons reçu sur notre blog :

Droit de choisir.

Moi même je suis née à la maison dans les années 60. À mon tour, je voulais accoucher à la maison comme le font des femmes depuis l’aube de l’homme mais on m’avait dit que cela n’existait pas en France.
J’ai tenté un accouchement dans une maternité. Ce fut un échec. Le lendemain du 11 septembre 2001, mon bébé arraché de mon ventre ouvert, j’ai juré de rattraper ce rite de femme que j’avais raté la prochaine fois.
De nouveau enceinte en 2006, informée à fond, j’ai trouvé 2 sages femmes et une doula prêtes à m’accompagner dans mon projet d’AAD/AVAC.

J’avais loué une piscine gonflable et avais choisi la musique. La date terme est arrivée, sans que bébé n°2 ne se soit manifesté, prêt à descendre. Mes sages femmes m’ont donc laissé dans les mains d’un obstétricien dans une maternité pour la suite et pour la bonne cause.
Mon bébé, bien post-terme, n’arrivait pas à s’engager, comme le premier, mais cette fois-ci, il y avait d’autres complications aussi.
Pour moi, ce fut un échec personnel, intime, pour lequel il m’a fallu deux ans pour m’en remettre.

Ma seule consolation est d’avoir eu le choix.

Les sages femmes sont des professionnelles qui ne prennent pas de risques pour leurs clientes. Elles accompagnent les futures mères et si la situation présente un risque, les sages femmes s’assurent que la future maman sera prise en charge par une maternité adaptée.

Le choix d’accoucher à domicile doit être un droit, mais accompagné d’une sage femme. Un sage femme est qualifiée, et elle saura décider si oui ou non la maman et bébé encourent un risque en accouchant à domicile. Le choix doit appartenir à la femme, mais la femme doit être accompagnée, d’une sage femme, comme les femmes l’ont toujours été depuis l’aube de l’homme et non pas forcée d’accoucher dans les conditions qui ne sont pas pour elle, optimales.

Charlotte Yonge,
Présidente de l’association Allaitement pour Tous

Ils parlent de nous : un article de Grandir Autrement

Publié le

En septembre, Grandir Autrement a offert une grande place dans ses pages à la thématique de l’accouchement à domicile, au travers d’un article détaillé, signé par Claudine Seynaeve. L’occasion pour l’auteur de présenter également notre association.
Un grand merci à Grandir Autrement et à Claudine de nous aider à informer et sensibiliser sur la question ; et de nous permettre aujourd’hui de reproduire ici l’article.

Une petite rectification : bien que soutenant la démarche des sages-femmes via les recours juridiques portés par Jacqueline Lavillonnière, le CDAAD n’en est pas à l’origine, pas plus que de la collecte de fonds destiné à les financer.

GA_CDAAD_Sept-Oct2014_page1 GA_CDAAD_Sept-Oct2014_page2 GA_CDAAD_Sept-Oct2014_page3

Nous vous invitons à retrouver cet article dans le magazine Grandir Autrement (septembre/octobre 2014 – n°48)
le site web de Grandir Autrement –  la page FB de Grandir Autrement

 

Interview de Jacqueline Lavillonniere (2/2)

Publié le Mis à jour le

Nous vous proposons aujourd’hui la fin de notre entretien avec Madame Lavillonniere ; des questions tournées sur les autres problématiques de l’accouchement à domicile aujourd’hui en France et des solutions possibles.

**********

La question de l’assurance est une des problématiques de l’accouchement à domicile aujourd’hui ; quels autres problèmes rencontrez-vous dans la pratique de l’AAD ?

LE plus gros problème, c’est un problème quotidien : la relation avec nos partenaires hospitaliers. C’est très délicat… très dur à vivre à la longue.

Les relations ne sont pas aisées ?

Non. Et on le voit d’ailleurs avec les dernières radiations de Krista et Françoise, ils sont à l’origine de la plainte contre elles.
La relation n’est pas équilibrée. Ils savent qu’on a besoin d’eux, surtout dans le cadre des transferts. Mais la réciproque n’est pas vrai, ils n’ont pas besoin de nous… au contraire. C’est un peu la loi du plus fort.

Un jeu de pouvoir ?

Dans un sens, oui. J’ai toujours gardé la même ligne de conduite depuis que j’ai commencé les AAD il y a 40 ans en Ardèche : ne jamais me mettre en conflit. Je suis d’ailleurs assez fière d’avoir toujours réussi à m’imposer en douceur, en gardant un discours audible par mes partenaires hospitaliers, sans chercher à heurter, à faire bouger les lignes en force. Et ce afin de garder une bonne relation, toujours dans le but de pouvoir travailler ensemble, dans le cadre d’un transfert par exemple. Tout ça en pensant aux parents, parce que c’est pour eux que cette relation doit être bonne.
Quand je suis arrivée dans le Maine et Loire, c’est la première chose que j’ai faite : je me suis engagée auprès du CHU à tout faire pour ne jamais les mettre en difficulté ; donc en prenant la responsabilité de ne jamais retarder un transfert, etc.

Lire la suite »

Interview de Jacqueline Lavillonniere (1/2)

Publié le Mis à jour le

Au début de l’été, l’ANSFL et l’UNSSF (1) ont relayé un appel à dons pour financer des actions en justice, en particulier contre le Bureau Central de Tarification (BCT), jugé en partie responsable de la situation de statu quo sur la question des assurances professionnelles. Mais plus que les deux associations représentatives professionnelles, ces démarches sont portées par Madame Jacqueline Lavillonniere, sage-femme libérale.
Afin de vous permettre de mieux comprendre ces recours judiciaires et l’importance du pot commun pour les financer, nous avons interviewé il y a quelques semaines Madame Lavillonniere.
Nous vous présentons aujourd’hui la première partie de cet entretien.

C’est aussi l’occasion pour nous d’inaugurer une nouvelle rubrique sur le blog du Collectif qui nous permettra de vous offrir, aussi régulièrement que possible, d’autres interviews et portraits d’acteurs de la périnatalité, de la naissance respectée et, tout particulièrement, de l’accouchement à domicile.        

Dans cette première partie de l’entretien, nous avons abordé avec Madame Lavillonniere l’évolution du regard de la société sur l’accouchement à domicile (AAD) depuis le début de son exercice libéral, la situation des sages-femmes AAD en 2014 et la question de l’assurance.  Lire la suite »

TRIBUNE LIBRE : Réponse à l’article “Accouchements dans la nature à la télé : dangereux, obscène, ce programme m’écoeure déjà”, par Corinne B.

Publié le Mis à jour le

Avec ce billet, le Collectif de Défense de l’Accouchement À Domicile inaugure une nouvelle rubrique sur son blog : Tribune libre.
Elle accueillera les billets de ses membres et sympathisants qui voudront faire part de leur point de vue sur l’accouchement à domicile, sur la périnatalité, leurs réactions à l’actualité et aux différents points de vue exprimés ailleurs sur le web et dans la presse.

Important : les billets classés dans cette section seront de la seule responsabilité de leur auteur et ne seront pas nécessairement le reflet des positions adoptées par le CDAAD.

————

Depuis quelques jours, une future émission de téléréalité américaine fait couler beaucoup d’encre :  Born in the wild, petit frère de notre émission Baby-boom, dans une version accouchement non assisté en pleine nature.

Très loin donc a priori des images diffusées sur une de nos chaînes françaises, les débats entourant ce nouveau programme sont souvent tendus, entre “pro” et “anti” accouchement hors structure.

Droit des femmes, féminisme, droit de l’enfant, sécurité, souffrance, beaucoup de sujets sont abordés, avec plus ou moins de bonheur et d’exactitude.

Si l’accouchement non assisté sort du domaine d’action du CDAAD, un billet a tout du moins retenu l’attention de beaucoup d’entre nous car évoquant de manière succincte l’accouchement à domicile. J’ai souhaité donc répondre à son auteur, non pas sur la pertinence d’un tel programme télévisuel, mais sur ses assertions sur le déroulement d’un accouchement, la mode de “l’accouchement naturel” qu’elle décrie, et enfin, évidemment, sur ses propos concernant l’accouchement à domicile.

 “Accouchements dans la nature à la télé : dangereux, obscène, ce programme m’écoeure déjà”, par Corinne B.

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1211358-accouchements-dans-la-nature-a-la-tele-dangereux-obscene-ce-programme-m-ecoeure-deja.html

  Lire la suite »