Interviews

Interview de Jacqueline Lavillonniere (2/2)

Publié le Mis à jour le

Nous vous proposons aujourd’hui la fin de notre entretien avec Madame Lavillonniere ; des questions tournées sur les autres problématiques de l’accouchement à domicile aujourd’hui en France et des solutions possibles.

**********

La question de l’assurance est une des problématiques de l’accouchement à domicile aujourd’hui ; quels autres problèmes rencontrez-vous dans la pratique de l’AAD ?

LE plus gros problème, c’est un problème quotidien : la relation avec nos partenaires hospitaliers. C’est très délicat… très dur à vivre à la longue.

Les relations ne sont pas aisées ?

Non. Et on le voit d’ailleurs avec les dernières radiations de Krista et Françoise, ils sont à l’origine de la plainte contre elles.
La relation n’est pas équilibrée. Ils savent qu’on a besoin d’eux, surtout dans le cadre des transferts. Mais la réciproque n’est pas vrai, ils n’ont pas besoin de nous… au contraire. C’est un peu la loi du plus fort.

Un jeu de pouvoir ?

Dans un sens, oui. J’ai toujours gardé la même ligne de conduite depuis que j’ai commencé les AAD il y a 40 ans en Ardèche : ne jamais me mettre en conflit. Je suis d’ailleurs assez fière d’avoir toujours réussi à m’imposer en douceur, en gardant un discours audible par mes partenaires hospitaliers, sans chercher à heurter, à faire bouger les lignes en force. Et ce afin de garder une bonne relation, toujours dans le but de pouvoir travailler ensemble, dans le cadre d’un transfert par exemple. Tout ça en pensant aux parents, parce que c’est pour eux que cette relation doit être bonne.
Quand je suis arrivée dans le Maine et Loire, c’est la première chose que j’ai faite : je me suis engagée auprès du CHU à tout faire pour ne jamais les mettre en difficulté ; donc en prenant la responsabilité de ne jamais retarder un transfert, etc.

Lire la suite »

Publicités

Interview de Jacqueline Lavillonniere (1/2)

Publié le Mis à jour le

Au début de l’été, l’ANSFL et l’UNSSF (1) ont relayé un appel à dons pour financer des actions en justice, en particulier contre le Bureau Central de Tarification (BCT), jugé en partie responsable de la situation de statu quo sur la question des assurances professionnelles. Mais plus que les deux associations représentatives professionnelles, ces démarches sont portées par Madame Jacqueline Lavillonniere, sage-femme libérale.
Afin de vous permettre de mieux comprendre ces recours judiciaires et l’importance du pot commun pour les financer, nous avons interviewé il y a quelques semaines Madame Lavillonniere.
Nous vous présentons aujourd’hui la première partie de cet entretien.

C’est aussi l’occasion pour nous d’inaugurer une nouvelle rubrique sur le blog du Collectif qui nous permettra de vous offrir, aussi régulièrement que possible, d’autres interviews et portraits d’acteurs de la périnatalité, de la naissance respectée et, tout particulièrement, de l’accouchement à domicile.        

Dans cette première partie de l’entretien, nous avons abordé avec Madame Lavillonniere l’évolution du regard de la société sur l’accouchement à domicile (AAD) depuis le début de son exercice libéral, la situation des sages-femmes AAD en 2014 et la question de l’assurance.  Lire la suite »