« J’étais devenue accompagnée par le corps médical et non pas précédée par lui »

Publié le Mis à jour le

Je prends connaissance avec retard de l’appel à témoignage lancé par le Collectif de Défense de l’Accouchement À Domicile. Par la présente je souhaite vous faire part des raisons qui ont présidé à mon choix d’accompagnement global et d’accouchement à domicile pour mes deux enfants actuellement deux et quatre ans.

Je ne m’étais jamais posé de questions au sujet de la grossesse « en général » avant d’être enceinte. Les premiers rendez vous médicaux qui ont jalonné les premiers mois de suivi de grossesse pour mon premier enfant m’ont rapidement amenée à me questionner. J’étais insatisfaite du manque d’écoute du fait d’un temps de consultation très réduit. En parallèle je trouvais excessif le nombre et la fréquence des rendez vous ou examens. J’ai mal accepté d’être considérée comme une malade potentielle plutôt qu’une femme en pleine forme jouissant d’une belle grossesse.

Toutes mes attentes ont été comblées en commençant un parcours qu’on qualifie d’accompagnement global, notamment du fait des relations privilégiées qui se sont nouées avec la sage femme. Je me suis sentie écoutée, entendue, respectée dans mes choix et surtout totalement responsabilisée. J’étais devenue accompagnée par le corps médical et non pas précédée par lui. Je suis convaincue que ce parcours a contribué à faire de moi et de mon compagnon des parents confiants et capables.

Nous avons déménagé dans un autre département après la naissance de notre aîné. La sage femme qui nous a suivi pour mon second enfant a depuis cessé les accouchements à domicile en raison des diverses pressions subies par la profession, et notamment l’impossibilité de contracter une assurance professionnelle à des tarifs compatibles avec son chiffre d’affaire. Si la question d’un troisième enfant doit se poser c’est par défaut que je m’orienterais vers une maternité en privilégiant un plateau technique, si celui d’Orthez existe encore.

Il me semble que les conditions de travail et les contraintes inhérentes au fonctionnement des maternités peuvent jouer en défaveur de la santé de la parturiente et de son enfant. J’ai dans mon entourage un panel assez large et représentatif de parents ayant donné naissance dans des maternités de tous niveaux et dans plusieurs départements. Leur vécu illustre clairement la confiscation de l’accouchement par le corps médical et son corollaire : le recours à des pratiques intrusives qui, si elles sont parfois nécessaires, ne doivent pas pour autant être généralisées en routine : déclenchements, péridurales, épisiotomies, césariennes pour ne citer que les plus courantes.

Enfin, j’ai plusieurs fois fait le calcul du coût d’un suivi global et d’un accouchement à domicile par rapport à un suivi médicalisé conventionnel et il est indéniable que ce dernier est bien plus onéreux. Mais ce dernier argument ne s’intéresse qu’aux financiers, j’espère que vous retiendrez plutôt le côté humain de ma démarche et la sécurité apportée par le bien être procuré à la parturiente.

Veuillez agréer mes salutations cordiales,

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s