» L’acte d’enfanter est aussi naturel que celui de faire l’amour, et requiert une intimité, un sentiment de sécurité et de bien-être, la confiance dans son partenaire »

Publié le Mis à jour le

Madame la Présidente,

Je suis une jeune femme de 28 ans, maman d’un petit garçon de 16 mois, pour lequel je souhaitais  un accouchement à domicile. Malgré mes recherches même à plus de 60 km de chez moi, je n’ai pas trouvé de sage-femme accompagnant encore les accouchements à domicile ou se déplaçant si loin.  J’ai donc du me résoudre à choisir un accompagnement en plateau technique, qui n’a finalement pas eu lieu pour cause d’indisponibilité de la personne nous accompagnant ce jour-là. Bien que tout se soit  relativement  bien  passé  et  que  mes  choix  aient  été  respectés,  mon  accouchement  a  été  très éloigné de mon désir d’enfanter dans l’intimité de mon foyer.

J’aimerais  vous  dire  les  raisons  pour  lesquelles  je  souhaitais  un  accouchement  à  domicile,  et  pourquoi mon souhait sera le même pour mes enfants à venir, et pourquoi auprès d’autres parents  membres  du  CDAAD  (Collectif  de  Défense  de  l’Accouchement  à  Domicile)  je  soutiens  ce  droit d’enfanter chez soi accompagnée d’un(e) sage-femme.

Pour moi l’acte d’enfanter est aussi naturel que celui de faire l’amour, et requiert une intimité, un  sentiment de sécurité et de bien-être, la confiance dans son partenaire. Lors de l’accouchement cette  confiance doit exister avec les personnes qui seront présentes, quoi de mieux donc que de choisir ces personnes dès le début de la grossesse, d’être accompagnée tout au long des 9 mois et de tisser  ce lien, et enfin de donner la vie au sein de son foyer, avec les odeurs familières, les lieux familiers,  se  mouvoir  librement  et  nue  sans  s’exposer  à  des  inconnus,  mais  aussi  d’avoir  le  temps  et  un  professionnel  là  uniquement  pour  nous.  Cette  même  personne  pouvant  également  suivre  le  post-partum et conseiller pour la mise en place de l’allaitement. Pour moi cela est difficile dans le cadre d’une  structure  dans  la  mesure  où  en  arrivant  on  ne  connaît  pas  la  personne  qui  sera  là,  avec plusieurs  accouchements  en  même  temps  on  nous  presse  parfois,  on  est  forcément  en  alerte  en  n’étant pas chez soi, à la recherche d’un sentiment de sécurité pour se relaxer et entrer dans sa bulle. Je suis inquiète de la raréfaction des sages-femmes accompagnant les AAD, plusieurs femmes de  mon  entourage  partageaient  ce  souhait  et  n’ont  comme  moi  pas  pu  le  réaliser.  Si  cette  possibilité  disparaît il est probable que le nombre de naissances non assistées augmente, ou que pour avoir le  choix il faille aller accoucher à l’étranger, ce que j’ai moi-même considéré à un moment donné.

Je  souhaite à l’avenir pouvoir choisir, et donner naissance à domicile. Plusieurs sages-femmes accompagnant les accouchements à domicile ont été radiées récemment ou doivent  faire  face  à  des  procédures.  Lors  de  mon  accouchement  début  2013  en  structure  j’aimerais préciser que je n’ai jamais signé de document prouvant que j’avais été informée des risques liés à un accouchement  à  l’hôpital,  par  ailleurs  ayant  perdu  du  sang  après  la  délivrance,  on  m’a  parlé  de  m’injecter du syntocinon et sérum de ringer en me disant que c’était nécessaire et je l’ai accepté mais  j’aurais  aimé  être  informée  des  possibles effets  secondaires entre  autres.  Il semble  qu’un  manque  d’information  et  de document  signé  prouvant  une  acceptation  des  risques possibles  dans  le  cadre d’un AAD ait été reproché à certaines sages-femmes le pratiquant, hors cela a été le cas en structure. J’aimerais aussi noter qu’ayant accouché en structure et non en plateau technique comme cela était prévu,  lorsque  le  sage-femme  libéral  qui  nous  a  accompagné  durant  la  grossesse  est  venu  nous  rendre  visite  pour  nous  féliciter,  alors  que  j’avais  demandé  une  sortie  précoce  à  24h,  une gynécologue  sans  même  dire  bonjour  et  accompagnée  de  plusieurs  personnes  qui  n’ont  pas  été présentées  m’a  mis  la  pression  pour  que  je  ne  parte  pas,  et  voir  notre  sage-femme  présent  à  ce moment  a  créé  des  tensions  qui  à  un  moment  aurait  pu  remettre  en  cause  son  accès  au  plateau technique qui n’était déjà pas apprécié par tout le personnel hospitalier. Je déplore cet état de fait,  que les personnes qui accompagnent des parents dans leurs souhaits, comme pour moi, soient sans  cesse  sous  pression  et  ne  puisse  s’assurer  pour  travailler  sereinement  et  répondre  aux  demandes  d’accouchement à domicile qui est un choix minoritaire certes mais loin d’être inexistant et auquel  malheureusement beaucoup trop de femmes ne peuvent accéder au jour d’aujourd’hui.

Pouvoir  accoucher  où  on  le  souhaite  c’est  un  droit,  pouvoir  accoucher  où  on  veut  et  bien  accompagné quelque soit le lieu devait l’être aussi, espérons que ce soit le cas bientôt.

Vous remerciant pour votre attention je vous prie d’agréer mes meilleures salutations,

Bien cordialement,

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s