Ces ailes que je souhaite transmettre

Publié le Mis à jour le

Aurélie, maman de A. né en maternité et de T. né à la maison

Lorsque j’ai envisagé la naissance de mon fils aîné, je n’ai pas imaginé une seule seconde accoucher ailleurs qu’à la maternité. De nombreuses peurs me hantaient et, lorsque j’en parlais il y avait toujours une sorte d’arrière-pensée défaitiste : « si tout se déroule bien… si j’arrive à accoucher… ». L’expérience de la naissance de mon fils fut étrange et ambivalente. D’un côté, je me suis sentie dans une telle position de passivité et de soumission, clouée à mon lit, impuissante, incomprise, quémandant une aide qui n’arrivait pas. Puis arrivèrent les sages-femmes, les manipulations de mon corps meurtri et inactif, que je suppliais d’arrêter de me torturer, les remarques désobligeantes du gynécologue, l’humiliation et la colère provoquées en pleine poussée. Et, tout d’un coup, un hurlement de soulagement et une immense vague de bonheur et de fierté : c’est mon fils, il est là, j’y suis arrivée, moi, je l’ai mis au monde, MOI !!!!

Très vite après la naissance de mon fils, je commence à me passionner pour les récits d’accouchements. J’écume les forums, j’arrive très vite aux témoignages d’accouchements naturels : dans l’eau, accroupie, à genoux, sans péridurale… Je suis fascinée par la force de ces femmes, elles semblent tirer de la naissance de leurs enfants une telle force, elles ont l’air de s’être tellement appropriées ce moment. Je les envie. J’arrive très vite aux accouchements à la maison : je ne pensais même pas que cela était possible !!! Ne sont-elles pas complètement inconscientes ???!!! Mais leurs récits m’attirent… Je commence à comprendre que c’est ainsi que j’aimerais accoucher, je m’informe donc beaucoup, et ce sentiment se transforme peu à peu en évidence : accoucher dans mon foyer, un lieu chaleureux que je connais, dans mon intimité, avec une sage-femme qui m’aura suivie durant ma grossesse, me connaîtra, connaîtra mes besoins, mes désirs, mes peurs… Et une obsession commence à germer : offrir à un autre enfant la naissance que son grand frère n’a pas eu. Et c’est le souhait que mon compagnon et moi avons pu réaliser. Je tire de cette expérience une immense force, cet accouchement m’a transcendée. Peu à peu, une nouvelle conviction naît en moi : la Femme SAIT accoucher ! Je ne veux pas parler des femmes au sens général, vous, moi, ma voisine bidule ou la tante machin. Je parle de LA Femme, ce mammifère femelle qui détient en elle l’Instinct de l’accouchement car c’est ainsi qu’elle fera perdurer son espèce, pulsion vitale irrépressible, qui coule dans nos veines, dans nos codes génétiques, dans nos âmes, depuis la nuit des temps.

Je sais que la Femme SAIT. Maintenant, je sais aussi que la société d’aujourd’hui ne lui propose pas toujours les éléments adéquats d’en décider autrement. Ce choix est forcément teinté de notre expérience personnelle de la naissance, de la vie, de notre corps. Mais il est aussi, dans la majeure partie je pense, influencé par le monde médical tel qu’il est aujourd’hui. Enfin, presque tout le monde médical. Car les sages-femmes qui pratiquent l’accouchement à la maison ne sont pas ainsi. Quand la femme qui t’a accompagnée pendant 5-6 mois est à tes côtés, cette femme qui a écouté tes peurs, qui a accueilli tes bonheurs, qui t’a demandé ta permission avant de pratiquer chaque toucher vaginal, qui t’a informée de la raison de chacun de ses actes et de chacun des examens qu’elle t’a prescrits, cette femme qui a elle-même accouché chez elle, lorsque cette femme-là porte dans son regard la conviction bienveillante que tu es capable d’accoucher, que tu es la seule et unique maîtresse de ton corps, que tu es un être merveilleux détentrice de cette force vitale de donner la vie, quand cette femme-là porte dans son regard tout ce qu’elle sait de toi et toute la douceur du lien qui vous unit, quand elle parle de la naissance de ton enfant comme d’un acte totalement naturel dont toi seule porte le secret, cela donne des ailes ! Et ce sont ces ailes que je souhaite transmettre aujourd’hui aux futurs parents en défendant la survivance de l’accouchement à la maison et en soutenant le merveilleux travail que font ces sages-femmes, femmes de l’ombre et de l’humain, ces femmes qui parlent aux Femmes, ces femmes qui parlent à LA Femme qui est en nous.

aurélie

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s