Ça commence comme une histoire banale…

Publié le Mis à jour le

Témoignage de C., maman

Ça commence comme une histoire banale : une femme, un homme.

Puis ils deviennent couple. De cet amour, naît leur premier enfant, à l’hôpital parce que c’est là-bas que viennent au monde les enfants. Ils ne savent pas qu’il y a d’autres alternatives, ils n’y ont même pas pensé.

Arrive ce jour tant attendu, où cet enfant doit voir le jour. Elle était certaine d’une chose : elle ne voulait pas de péridurale. Elle en était certaine, mais c’était avant. Avant de se retrouver seule avec son mari dans cette salle froide, impersonnelle, parasitée par le son des machines, attachée à cette table dure et inconfortable, dérangée sans cesse par le passage des soignants, tous plus nombreux, tous plus antipathiques. Cette sensation de viol de son intimité quand, sous prétexte de vérifier l’avancement du travail, ils s’essayent tous au toucher vaginal.

Les heures passent…. Mais rien ne se passe. Parce que cette maman ne peut pas bouger de cette table froide, parce que le personnel a jugé utile, dès son arrivée, de poser une perfusion d’ocytocine, qu’ils accélèrent ou ralentissent en fonction de l’activité du service. Et rien ne se passe…. Et elle entend, trop vite, trop régulièrement que ça n’avance pas, que ça va être long, qu’elle risque de ne pas supporter les contractions, qu’elle sera fatiguée. Cette maman est infantilisée et dominée par ces soignants. Elle craque et demande la péridurale. Mais le travail est toujours très lent, elle n’a plus mal mais ne sent plus rien….Ce ne sera que 12 heures après la pose de cette péridurale, après un acharnement sur son périnée, une véritable boucherie de son intimité réalisée par un médecin de garde trop pressé, que cette maman, découvrira son bébé. Le lien ne s’est pas fait immédiatement, elle regarde cet enfant et elle lui en veut de ce qu’elle vient de vivre. Est-ce cela devenir mère ?

Cette maman, c’est moi. J’ai été maltraitée, humiliée et mutilée. Et c’est après des mois de réflexions et de recherches personnelles, que j’ai compris que ni mon fils, ni moi-même, n’étions responsables de cette naissance volée. Notre couple a alors décidé de devenir acteur et d’offrir à d’autres enfants, des naissances tout en douceur…

Depuis, deux magnifiques petites filles sont venues agrandir notre foyer. Toutes les deux sont nées dans la plus grande douceur, dans le plus grand respect. Respect de leur être, respect de leur bien être, respect de mon être et de mon bien être. Le papa a enfin réussi à trouver sa place de père pendant ces naissances. Nous avons enfin été respectés, entendus, accompagnés par des professionnelles hors du commun. Ce sont nos fées. Grâce à leur écoute, accompagnement, disponibilité quasi permanente, elles nous ont permis de vivre la plus belle chose qu’une femme, qu’un couple puisse vivre : donner la vie.

Offrir une naissance heureuse, respectée à son enfant est l’un des plus beaux cadeaux que l’on puisse donner. Pour cela, il faut avoir le choix, c’est une des libertés fondamentales de notre pays. C’est pour cette raison, pour cette sauvegarde de liberté que je soutiens nos sages femmes.

J’ai le profond espoir, qu’à leur tour, mes filles puissent offrir à leurs enfants une naissance tout en douceur. Quelque soit le lieu, je veux qu’elles puissent le choisir elles mêmes.

Je soutiens nos sages femmes. Elles ont assuré, alors assurez les !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s