Retrouvez le CDAAD pendant la SMAR

Posted on Updated on

Pour la deuxième année consécutive, le Collectif de Défense de l’Accouchement À Domicile investit la Semaine Mondiale de l’Accouchement Respecté !

SMAR 2015

Six de nos relais ont, à cette occasion, prévu pour vous une vingtaine de rendez-vous afin de débattre de l’accouchement à domicile et de la naissance respectée.
Des espaces de paroles, des projections-débats, des conférences, des ateliers pratiques, des concerts, des expositions, … tout pour comprendre et faire connaître la voix des parents.

Retrouvez la programmation de chaque relais sur leur page : Arles-Avignon, Clermont-Ferrand, Gironde, Nice, Perpignan, Toulouse

D’autres associations en France se sont mobilisées pour la SMAR. Retrouvez leur actualité sur la carte interactive ou sur la page FB de la SMAR.

Tous les bénévoles du CDAAD ont hâte de vous rencontrer ! N’hésitez pas à faire connaître auprès de votre réseau la SMAR, notre programme et l’association !

affiche SMARFLY verso SMAR 2015 DEF

Un an !

Posted on Updated on

Le Collectif fête aujourd’hui sa première année d’existence.  Un grand merci à nos 223 adhérents et sympathisants ainsi qu’à nos centaines de followers sur les réseaux sociaux !

L’actualité du CDAAD pour les semaines à venir tournera autour de nos événements durant la Semaine Mondiale de l’Accouchement Respecté (SMAR) et la tenue de notre Assemblée Générale Annuelle.

Plus d’infos prochainement !

Journées des Doulas : les 08 et 09 Mai à Paris

Posted on Updated on

La treizième édition des Journées des Doulas de France se tiendra à Paris les 08 et 09 Mai prochain.
L’occasion pour vous d’aller à la rencontre du CDAAD qui y tiendra un atelier sur l’accouchement à domicile.

De nombreux intervenants de qualité y animeront conférences, ateliers et stands : Isabelle Brabant, Claude Suzanne Didierjean-Jouveau, Elisabeth Martineau, Diane Boutin, Anne Loirette, Chantal Ducroux-Schouwey, Frédérique Horowitz, …

Vous y retrouverez également de nombreuses associations périnatales et parentales : le CIANE, Timéo et les Autres, Maman Blues, Césarine, Tatiana défense des droits de l’enfant, les Papallaitants, …

Vous pourrez également assister à la conférence gesticulée de Mathilde Defromont « Accouche et t’es toi ! », ainsi qu’au film « Maman Le Film – L’autonomie c’est pouvoir dire : j’ai besoin de toi », participer à des tentes rouges, ou bien encore découvrir diverses expositions.

Toutes les infos sur le site des Doulas de France : programme des 08 et 09 mai 2015

Le CDAAD souhaite aux Doulas de France et à tous leurs visiteurs un week-end chaleureux !

Photo-Image-programme-JDD-2015-1024x529

Proposition d’amendement de Cécile Duflot : rejeté !

Posted on

Fin Mars, Madame la députée Cécile Duflot, EELV, a contacté le CDAAD dans l’urgence afin de nous faire part de sa volonté de déposer une proposition d’amendement dans le cadre des débats sur le projet de loi de Santé actuellement à l’Assemblée Nationale.

L’amendement portait sur l’article L. 1142‑2 du Code de la Santé Publique :

« Les professionnels de santé exerçant à titre libéral, les établissements de santé, services de santé et organismes mentionnés à l’article L. 1142-1, et toute autre personne morale, autre que l’Etat, exerçant des activités de prévention, de diagnostic ou de soins ainsi que les producteurs, exploitants et fournisseurs de produits de santé, à l’état de produits finis, mentionnés à l’article L. 5311-1 à l’exclusion du 5°, sous réserve des dispositions de l’article L. 1222-9, et des 11°, 14° et 15°, utilisés à l’occasion de ces activités, sont tenus de souscrire une assurance destinée à les garantir pour leur responsabilité civile ou administrative susceptible d’être engagée en raison de dommages subis par des tiers et résultant d’atteintes à la personne, survenant dans le cadre de l’ensemble de cette activité.
Une dérogation à l’obligation d’assurance prévue au premier alinéa peut être accordée par arrêté du ministre chargé de la santé aux établissements publics de santé disposant des ressources financières leur permettant d’indemniser les dommages dans des conditions équivalentes à celles qui résulteraient d’un contrat d’assurance.
Les contrats d’assurance souscrits en application du premier alinéa peuvent prévoir des plafonds de garantie. Les conditions dans lesquelles le montant de la garantie peut être plafonné pour les professionnels de santé exerçant à titre libéral sont fixées par décret en Conseil d’Etat.
L’assurance des professionnels de santé, des établissements, services et organismes mentionnés au premier alinéa couvre leurs salariés agissant dans la limite de la mission qui leur est impartie, même si ceux-ci disposent d’une indépendance dans l’exercice de l’art médical.
Le crédit-bailleur de produits de santé ou le loueur assimilable au crédit-bailleur ne sont pas tenus à l’obligation d’assurance prévue au premier alinéa.
En cas de manquement à l’obligation d’assurance prévue au présent article, l’instance disciplinaire compétente peut prononcer des sanctions disciplinaires. »

La proposition était la suivante :

« ARTICLE ADDITIONNEL
APRÈS L’ARTICLE 31, insérer l’article suivant:

Le deuxième alinéa de l’article L. 1142‑2 du code de la santé publique est complété par la phrase suivante :
« Le coût de cette assurance ne peut dépasser une proportion des revenus de ces professionnels de santé, fixée par décret. »

EXPOSÉ SOMMAIRE

Les sages-femmes exercent une profession médicale et sont habilitées à assurer, en toute autonomie, la surveillance de la grossesse « normale » (ou ne présentant pas de risque majeur du type diabète, grossesse multiple, hypertension, anomalie placentaire ou congénitale…), du travail et de l’accouchement, ainsi que les soins à la mère et à l’enfant après la naissance. Pour ces grossesses considérées comme « normales », les sages-femmes libérales sont aussi habilitées à accompagner les femmes qui souhaitent accoucher à domicile. Ce type de naissance, qui nécessite un suivi médical assurant une prise en charge adaptée, respecte la sécurité affective de celles qui souhaitent accoucher dans un cadre non hospitalier.

Ces accouchements physiologiques offrent à la mère la possibilité de limiter certains gestes de routine des services hospitaliers, qui peuvent être vécus comme des violences obstétricales (déclenchement du travail sans le consentement de la patiente, position imposée sur le dos pendant le travail, interdiction de boire et de manger durant le travail, pose systématique d’une perfusion, rupture artificielle de la poche des eaux, épisiotomie de routine, touchers systématiques…). Le nouveau-né lui-même peut également être sujet à ces gestes routiniers non validés scientifiquement (clampage précoce du cordon, aspiration systématique par le nez et la bouche, non-respect du peau à peau, nettoyage du vernix…). Notons qu’au cours d’un accouchement à domicile, un transfert de la mère en cas de problème est possible.

Pour ce type d’accouchement, les sages-femmes sont dans l’obligation de souscrire à une assurance responsabilité civile. Cependant, avec un salaire brut mensuel d’environ 2400 Euros, les sages-femmes sont dans l’incapacité financière de s’acquitter de cette assurance obligatoire, dont le tarif prohibitif avoisine les 20 000 euros. Alors que les gynécologues obstétriciens bénéficient d’une prise en charge partielle de leur assurance par la CPAM, ce système n’existe pas pour praticiens de santé non-médecins. Les sages-femmes ne peuvent donc pas répondre favorablement aux demandes des parents souhaitant ce type d’accouchement.

En France, à peine quelques pourcents des naissances ont lieu à domicile. Notons qu’aux Pays-Bas, cela concerne près de trente pourcents des naissances. Il est temps de repenser le système français de périnatalité et de permettre aux parents qui souhaitent un accouchement physiologique au sein de leur propre domicile, de réaliser leur projet de naissance, tout en protégeant les sages-femmes. Cela passe par une inévitable réévaluation du tarif qui leur est demandé pour pratiquer à domicile. »

La proposition a malheureusement été rejetée le 27 mars 2015.

Malgré ce résultat négatif, le Collectif se réjouit de cette nouvelle démarche politique ayant amené à nouveau la question de l’assurance professionnelle des sages-femmes dans la lumière.
C’est à ce titre que nous remercions Mesdames et Messieurs les députés ayant soutenu cette proposition : Mme Duflot, M. Roumegas, Mme Abeille, M. Alauzet, Mme Allain, Mme Attard, Mme Auroi, M. Baupin, Mme Bonneton, M. Cavard, M. Coronado, M. de Rugy, M. François-Michel Lambert, M. Mamère, M. Molac, Mme Massonneau, Mme Pompili et Mme Sas.

Nous n’abandonnons pas !

Code de la Santé Publique
Projet de Loi Relatif à la Santé 
Proposition d’amendement portant sur la RCP SF AAD